La vallée

Arte
La vallée
23/08/18 ~ 02:30 - 03:25

Le jeune Riyad quitte la banlieue de Lyon et traverse la frontière suisse. Avec l'aide de son ami Zaïd, il vole deux grosses cylindrées, mais l'expédition tourne mal. Pris en chasse par la police, Riyad s'enfonce dans une vallée hostile, cherchant désespérément le chemin vers la France. Un drame survient... Critique : Après deux premiers volets la semaine dernière, Arte poursuit la diffusion de la remarquable collection « Ondes de choc », inspirée de quatre faits divers survenus en Suisse romande, vécus comme autant de secousses sismiques. Avec ce téléfilm — peut-être le meilleur de la série —, Jean-Stéphane Bron (Cleveland contre Wall Street) reconstitue le drame de l’A1, un vol de voitures ayant tourné à la fusillade, en 2017. Il emboîte le pas à un adolescent lyonnais engagé par un caïd pour dérober de grosses cylindrées près de Genève. La Vallée prend d’abord la forme d’une course-poursuite intense, immersive, entre réalisme brut et ambiance à la Jean-Pierre Melville (lumière du petit matin, chasse à l’homme dans les bois). Dans un second temps, le cinéaste transforme habilement le fait divers en un récit contemporain sur l’immigration. Il s’agit, pour le héros (Ilies Kadri, acteur débutant dont la performance physique impressionne), de rejoindre la France en franchissant discrètement la frontière, via les Alpes. La montée du populisme évoquée à la radio — que Bron avait traité dans son documentaire L’Expérience Blocher —, la traque du fuyard par des chasseurs-miliciens et l’indifférence des skieurs en vacances renvoient à une actualité brûlante. La scène de cauchemar, où le jeune homme se voit pourchassé par une ­dameuse (puissant véhicule à chenilles utilisé dans les stations de sports d’hiver), provoque la même angoisse que celle de l’avion dans La Mort aux trousses.   Suivi du quatrième et dernier opus de la collection, Prénom : Mathieu (lire page de droite). Les deux premiers en replay sur Arte.tv jusqu’à ce soir.