La révolte des innocents

France 3
20/11/18 ~ 21:05 - 22:45

En 1911, Louise Perreau, qui a du mal à élever son fils, Gaston, le place pour un temps aux Vermiraux, un établissement censé lui offrir une éducation irréprochable. Elle ignore alors que le centre, présenté comme un sanatorium, est en réalité un lieu de maltraitance et d'exploitation... Critique : 1910, à Avallon, en Bourgogne. Louise Perreau, jeune femme célibataire, n’a plus les moyens d’élever seule son fils, Gaston. Elle décide de le placer aux Vermiraux, une institution qui accueille des adolescents déshérités et est censée les éduquer. Régie par Joséphine Poliveau et Armand Sandrin, deux monstres froids et cupides, c’est en réalité un lieu où règnent les mauvais traitements. Quand Gaston meurt après avoir été jeté dans une cellule mal chauffée, les deux gérants étouffent l’affaire. Mais un juge, Emile Guidon, va tenter de faire éclater la vérité. Librement inspirée de faits réels, cette histoire aurait pu donner un honnête téléfilm judiciaire. Hélas, ses personnages sont beaucoup trop stéréotypés pour convaincre. Que ce soit le gentil juge, intègre et seul contre tous, ou les gérants de l’institution, diaboliques comme dans un roman de Dickens, sans oublier les notables du coin, forcément cyniques et malfaisants, tous manquent de nuance, d’ambiguïté. On s’ennuie devant ces silhouettes sans chair qui s’agitent au fil d’une intrigue prévisible de bout en bout.