La police de Vichy

France 3
27/09/18 ~ 00:30 - 02:05

Ce documentaire retrace les années noires de la police française, de la collaboration à la traque des communistes en passant par les rafles de juifs, la Résistance, la Libération et l'épuration. Grâce à des archives rares et au moyen de l'animation et de la création graphique, ce film redonne vie aux principaux responsables politiques et administratifs de la police de Vichy comme Pierre Laval, René Bousquet et Pierre Pucheu. Leurs paroles ont été consignées dans des mémoires, dans des procès-verbaux d'audition ou à travers des correspondances et livrent de l'intérieur, une histoire inédite de la police de Vichy. Critique : Quel fut le rôle exact de la police française pendant l’Occupation ? La réponse de ce documentaire d’une grande richesse est sans appel : presque tous les policiers ont collaboré, obéissant sans fléchir aux ordres de leurs ministres successifs et exécutant avec zèle les basses œuvres exigées par les Allemands. Une collaboration qui culminera en 1942 avec la rafle du Vél’d’Hiv’, au cours de laquelle plus de treize mille Juifs seront arrêtés par des agents français avant d’être déportés. A la Libération, la police sera le corps professionnel le plus épuré — ce qui n’empêchera pas nombre de ses membres, collaborateurs actifs, d’échapper à cette purge. Le film revient en détail sur cette lune de miel entre flics français et militaires allemands, évoquant longuement certains épisodes méconnus : ainsi le spectaculaire « nettoyage » du quartier du Vieux-Port de Marseille, sur ordre des nazis. L’ample documentation rassemblée par David Korn-Brzoza — photos, rapports, lettres, images d’archives colorisées — est à la hauteur du sujet, tout comme le commentaire, dynamique et précis. Mais pourquoi avoir fait appel à des acteurs grimés pour interpréter les six hommes d’Etat (Laval, Bousquet, Darnand…) qui dirigèrent la police ou la Milice entre 1940 et 1944 ? Ces séquences à moitié convaincantes, où l’on voit les comédiens réciter les déclarations faites lors des procès d’après guerre, alourdissent un film par ailleurs irréprochable.
 
Chargement...
Chargement...