La dernière folie de Claire Darling

Canal+
30/06/20 ~ 23:08 - 00:39

Après une nuit agitée, Claire Darling décide de brader tous les objets précieux qui décoraient jusque là sa luxueuse propriété située à Verderonne, un petit village de l’Oise. Elle organise, à l’improviste, un vide-grenier dans son jardin afin de brader meubles, tableaux, lampes, pendules d'une grande valeur. La brocanteuse Martine, alarmée par ces agissements irationnels, prévient son amie d’enfance Marie la fille de Claire, qui n’était plus revenue voir sa mère depuis des années. Son retour inattendu éveille de vieux souvenirs et les retrouvailles ne sont guère chaleureuses... - Critique : Une dame solitaire improvise, un matin ensoleillé, un vide-grenier radical : pres­que tout le contenu de sa maison se retrouve bradé sur la pelouse alentour. Adapté d’un roman américain, le troisième long métrage de fiction de Julie Bertuccelli (Depuis qu’Otar est parti, L’Arbre) repose sur le pressentiment de mort imminente du personnage. D’où le défilement des événements majeurs de son passé. Mariage sans amour, tragédies familiales, brouille avec sa fille, sentiment de culpabilité : quelque chose de François Mauriac flotte, étrangement, sur ces histoires de bourgeoisie immémoriale. À par­tir de cette matière surannée, la réalisatrice s’attache aux échos entre les différentes époques, entre les âges successifs. Les protagonistes ne cessent de croiser leurs propres fantômes ou les spectres de leur jeunesse, défunts compris. Les lieux, les objets déclenchent les réminiscences, et ce carrousel supplante la dramaturgie. Mais l’atout majeur du film reste Catherine Deneuve, qui semble dépositaire de son style funam­bule. Grâce à elle, l’héroïne ne se laisse jamais deviner, exsangue ou irréduc­tiblement dure, illuminée ou désespérée, folle ou imitant la folie. Ainsi perdure cet entre-deux, ce territoire évanescent, où toute la vie passe comme un jour de printemps.