La dame d'onze heures

France 3
16/04/18 ~ 00:30 - 02:00

Le flegmatique mais non moins brillant détective Stanislas Octave Seminario, dit «S.O.S.», de retour d'Afrique, est appelé à Bagnoles-de-l'Orne par la respectable famille Pescara. Le père, médecin recyclé dans l'industrie pharmaceutique, semble préoccupé. Sa fille, Muriel, en dévoile la raison à S.O.S. : depuis un an, des lettres anonymes désobligeantes leur sont adressées. Lorsque le lendemain, Charles Pescara, à peine arrivé, annonce à son père quelque mystérieuse nouvelle, toute la famille part précipitamment pour Paris sans donner la moindre explication au détective. Ce n'est qu'après avoir échappé de justesse à une tentative d'attentat que Charles avise enfin S.O.S., par télégramme, des sombres dessous de cette tortueuse affaire, au centre de laquelle flotte une péniche baptisée «La Dame d'onze heures»... Critique : Stanislas Octave Seminario, dit SOS, jeune explorateur de retour d’Afrique, se rend chez ses amis Pescara. La famille est dans un drôle d’état : le père reçoit des lettres anonymes en cascade. Quand celui-ci meurt, empoisonné, SOS décide de mener l’enquête. Le film commence par sa propre bande-annonce, exercice de virtuosité narrative qui fait d’emblée monter le suspense. Et il y aura des surprises, au gré d’une intrigue qu’on croirait tirée des Sept Boules de cristal, avec prestidigitateur inquiétant et lourds secrets de famille. Plus que la résolution tardive de l’énigme, c’est l’entortillement du fil de l’histoire qui fait le charme du film. Et les astuces que trouve Jean Devaivre : ainsi, des témoignages face caméra, procédé audacieux, très à la mode un demi-siècle plus tard… Paul Meurisse, mi-Tintin, mi-Rouletabille, a toujours le mot pour rire, et les seconds rôles sont épatants, de Jean Tissier, serviteur anglophile qui écoute aux portes, à Jean Brochard en oncle inflexible. Les dialogues dérapent aussi dans l’absurde avec beaucoup de bonheur. Le film n’a guère d’équivalent dans le cinéma de l’époque. Ce qui explique son succès d’alors et l’oubli dans lequel il fut ensuite plongé : les ovnis sont rarement bien vus.
 
Chargement...
Chargement...