La 30e nuit des Molières

France 2
28/05/18 ~ 22:55 - 01:07

Depuis la Salle Pleyel, à Paris, Zabou Breitman anime la 30e Nuit des Molières, qui récompense le théâtre, public et privé, dans toute sa diversité et sa vivacité, avec 19 prix. Les artistes et les spectacles les plus remarquables de la saison 2017/2018 sont à l'honneur. La comédienne est entourée par les élèves du conservateur national supérieur d'art dramatique et plusieurs jeunes compagnies. Critique : Dix-neuf statuettes sont à distribuer ce soir pour récompenser théâtres public et privé lors de cette trentième soirée, rituel qui a bien failli disparaître il y a quatre ans. Sans préjuger du vote final, nos préférences iraient, par exemple, au Fils, de Florian Zeller, sur le chagrin muet d’un adolescent (que fait donc dans cette sélection le Cendrillon — magnifique certes, mais déjà ancien — de Joël Pommerat ?), pour la catégorie meilleur spectacle du privé. Pour le molière du théâtre public, on peut hésiter entre une passionnante pionnière (Ariane Mnouchkine pour Une Chambre en Inde) et une metteuse en scène prometteuse (Caroline Guiela pour Saigon). La meilleure comédienne du théâtre privé pourrait être Laure Calamy, mise en scène par Catherine Hiégel dans la Lisette du Jeu de l’amour et du hasard ; et celle du théâtre public, ­Anne Kessler, sidérante de folie dans ­L’Hôtel du Libre-Echange, monté par Isabelle Nanty à la Comédie-Française… tout comme son confrère du Français Benjamin Lavernhe mériterait d’être moliérisé, catégorie théâtre public, pour son interprétation de Scapin dans les fameuses Fourberies… Raphaël Personnaz, quant à lui, « seul en scène », a sobrement traduit les mots d’Antoine Leiris dans Vous n’aurez pas ma haine, inoubliable lettre ouverte aux terroristes du 13 novembre 2015…