Justin de Marseille

France 5
25/05/20 ~ 22:40 - 00:15

Justin, criminel gentleman, règle leur compte aux petits macs de la Canebière qui maltraitent les dames. La célèbre épure de Maurice Tourneur s'accompagne ici d'une ironie malicieuse quand il s'agit de dépeindre Marseille, ses clichés, ses outrances verbales... - Critique : Film de Maurice Tourneur (France, 1934). Scénario : Carlo Rim. Image : Georges Benoît et René Colas. Musique : Jacques Ibert. NB. 95 mn. Avec Antonin Berval : Justin. Alexandre Rignault : Esposito. Pierre Larquey : le bègue. Ghislaine Bru : Totone. Genre : polar ensoleillé. Justin et Esposito, deux caïds marseillais, s'affrontent depuis des années pour contrôler les activités de la pègre locale. Un jour, Esposito s'empare d'une cargaison de drogue qui ne lui était nullement destinée. Homme d'honneur, Justin se charge de lui rappeler les bons usages du milieu... Avec le personnage de Justin, Maurice Tourneur met en scène une figure éminemment romanesque. Criminel professionnel, le truculent gangster - dont le modèle était Carbone, le roi de la pègre marseillaise à l'époque - n'en demeure pas moins un gentleman. Notre homme, entre deux coups judicieux, punit les petits macs de la Canebière qui maltraitent les dames. Epicurien et gastronome, il fréquente également les restaurants du Vieux-Port et ne ­refuse jamais une bouillabaisse... Maurice Tourneur confirme ici, au coeur de sa seconde période française, son talent raffiné de réalisateur. Les multiples scènes d'action lui permettent de donner libre cours à son sens de l'ellipse et du raccourci. Sécheresse du trait qui n'a pas grand-chose à envier aux maîtres du film noir américain qui, à la même époque, faisaient le bonheur de la Warner. En fait, le cinéaste parvient ici à faire coïncider sa passion pour les atmosphères poétiques et la faconde de ses protagonistes avec la rigueur du thriller, son réalisme et sa cruauté. Un très grand film de genre du cinéma français d'avant guerre... Olivier De Bruyn
 
Chargement...
Chargement...