Juliette Armanet à la Gaîté lyrique 2018

Arte
27/03/19 ~ 05:00 - 06:40

Juliette Armanet a remporté le prix de l'album «Révélation de l'année» aux Victoires de la musique en février 2018. Si ses chansons parlent d'amour, c'est pour mieux y déployer son univers d'artiste à la fois exigeante et populaire. Critique : On a vu émerger tant de jeunes talents ces douze derniers mois qu’on en oublierait presque qu’elle aussi figurait parmi les révélations de 2017. Mais l’assurance et le professionnalisme qu’elle a d’emblée affichés lui ont très vite conféré un (quasi-)­statut de valeur établie. C’est donc en vraie vedette, et entourée de quatre musiciens impeccables, qu’elle a donné ce concert à la Gaîté Lyrique. Costume argenté de pied en cap ; gestuelle appuyée, entre déhanchements disco et sophisti­cation dramatique ; interactions régulières avec le public, au point de partager son tabouret avec un inconnu, ou de jouer les prolon­gations (pas du tout improvisées) dans le foyer du théâtre… Oui, il y a de la minauderie chez Juliette Armanet, mais elle ne s’en défend pas : elle l’assume au contraire comme un élément moteur d’un spectacle maniant tous les codes séducteurs de la variété — à un rythme effréné, accentué par le montage archi serré de cette captation. D’ailleurs, si la jeune femme s’est si vite imposée, ce n’est grâce ni à ses costumes ni à ses attitudes, mais à ses chansons : elles collent si bien aux canons de la variété chic des ­années 1970, école Sanson ou Sheller, qu’on a la sensation de les connaître depuis toujours. Volontairement ou pas, Juliette Armanet vise notre inconscient musical, et fait mouche avec une habileté redoutable. Un modèle du genre.   [[asset:video:288613 {"nid":"6143126","mode":"full","align":"null","field_ast_caption_below_player":["0"],"field_ast_made_by_telerama":["0"],"field_ast_title_in_player":["0"],"field_abonnes":["0"]}]]  
 
Chargement...
Chargement...