Jason Bourne

TF1
13/01/19 ~ 21:00 - 23:25

Beaucoup de bruit et de fureur, mais aussi un certain lyrisme dans ce film sous pression, où la CIA, déjantée, traque sans répit le célèbre agent d’élite. Critique : Au bout d’une heure quarante-cinq, voici, enfin, Jason Bourne (Matt Damon, de mieux en mieux) face au chef de la CIA (Tommy Lee Jones), qui n’a eu de cesse de vouloir l’éliminer. L’un voudrait apprendre la vérité sur la mort de son père. L’autre, tout heureux de constater une faille dans la cuirasse, tente de persuader le révolté qu’il est resté un bon Américain… C’est l’un des (rares) moments psychologiques d’un film emporté, sous pression, où la CIA, totalement déjantée cette fois, s’associe secrètement avec une sorte de Steve Jobs indien pour mieux instaurer un monde à la George Orwell… Avant de connaître la gloire avec Jason Bourne, Paul Greengrass avait réalisé Bloody Sunday : un formidable documentaire-fiction sur le massacre commis le 30 janvier 1972 par l’armée britannique à l’encontre des indépendantistes irlandais. On retrouve son habileté à insuffler un vrai lyrisme — voire une flamme insurrectionnelle ! — dans les séquences grecques où Athènes, à feu et à sang, lutte pour protéger la démocratie. Habile aussi, et spectaculaire, la partie londonienne, où Vincent Cassel tente d’éliminer celui qu’il prend pour un nouvel Edward Snowden : responsable, par ses révélations, de la perte d’agents dévoués et efficaces… Les centaines de voitures qui explosent lors de l’ultime poursuite finissent en revanche par lasser… On préfère suivre, au calme, l’ascension, au sein de la CIA, d’une Eve à la Mankiewicz (Alicia Vikander), dont Jason Bourne, pas dupe, se méfie déjà…