Inkotanyi

Arte
Paul Kagame, la tragédie rwandaise
18/04/18 ~ 00:05 - 01:45

Au Rwanda, en juillet 1994, La rébellion la mieux entrainée du continent africain met fin au dernier génocide du XXe siècle : celui des Tutsi du Rwanda. A leur tête, l'actuel président du Rwanda : Paul Kagame. Leur nom : les Inkotanyi. Formés dans la rébellion ougandaise de Yoweri Museveni au début des années 80, les Inkotanyi ont bouleversé la région des Grands Lacs depuis 30 ans. Ce documentaire est une épopée qui met en lumière ce mouvement politico-militaire, à travers la voix de ses principaux acteurs. Critique : De nombreux documentaires sont revenus sur le génocide rwandais, pendant lequel plus de un million de Tutsi et des centaines d’opposants hutu furent massacrés, d’avril à juin 1994. Aucun n’avait cependant retissé avec autant d’acuité le cheminement politique et militaire du FPR-Inkotanyi (les « combattants infatigables »), le Front patriotique rwandais, majoritairement composée de Tutsi réfugiés en Ouganda, qui mit fin au génocide et œuvra à la reconstruction du pays, sous l’impulsion de son chef — et actuel président — Paul Kagame. De l’exil à la « résilience », Christophe Cotteret livre un éclairage ample, exigeant, enrichi d’archives inédites, sur les rouages de la mécanique génocidaire, le rôle ambigu de la France, la lâcheté de la communauté internationale et, surtout, sur les multiples visages du FPR. S’il s’articule autour d’un entretien accordé par Paul Kagame et des propos des principaux cadres du mouvement, le documentaire écarte tout manichéisme en multipliant les points de vue d’acteurs et d’observateurs de premier plan (Paul Rwarakabije, ancien chef des Forces démocratiques de libération du Rwanda [FDLR] ; le général Lafourcade, ancien commandant de l’opération Turquoise ; l’historien Gérard Prunier…). N’éludant rien des exactions commises par certains membres du FPR à la fin du conflit, de la « stratégie de la terreur » qui a hissé et maintenu au pouvoir Kagame, le film se garde de trancher les « paradoxes » qui traversent l’histoire chaotique du Rwanda, devenu un « havre de stabilité ». Il laisse ainsi ouverte la question des modalités de la reprise en main d’un pays en lambeaux, qui fut si près de sombrer dans la spirale de la vengeance.