Haut le corps

France 2
12/12/18 ~ 00:40 - 01:32

Des vis, des tiges en titane et plusieurs mois d'immobilisation pour espérer renaître au terme d'une longue mue. A 33 ans, Gaëlle a choisi la chirurgie pour faire disparaître une forte scoliose qui déforme son dos et sa vie depuis plus de 20 ans. Le choix d'une vie dont elle ne connait pas à l'avance les conséquences. Critique : Une longue béance bien nette, d’un bel ovale, obscène dans sa vivacité rouge vermeil. Un écarteur s’y pose, un tournevis s’approche. Ça craque, ça cliquette, ça visse, ça serre… dans ce qui, de toute évidence, est un dos grand ouvert. A 33 ans, Gaëlle se fait opérer d’une gibbosité due à une scoliose. Quand elle se réveillera, elle aura perdu la bosse qui l’accable depuis vingt ans, et la personnalité qu’elle a tant bien que mal construite autour. Grâce à l’armature de titane qui lui dessine une nouvelle silhouette, Gaëlle espère trouver la femme qu’elle ne s’est pas encore autorisée à être. Le dos de Gaëlle constitue-t-il la représentation en trois dimensions de sa psyché ? Les réalisateurs en sont convaincus, qui filment sa métamorphose comme une sortie de chrysalide. Enclose dans une enveloppe corporelle vécue comme une entrave, la jeune femme change de regard sur le monde dès lors qu’elle grandit de 3 centimètres et que ses mouvements gagnent en amplitude… Si la démonstration manque de subtilité, l’évidence du processus libérateur et la tendre proximité de la caméra sur ce corps subi puis dominé désarment la critique.
 
Chargement...
Chargement...