Good Luck Algeria

Canal+
24/04/18 ~ 01:45 - 03:15

Un skieur de fond grenoblois concourt pour l'Agérie aux JO d'hiver... Fable généreuse, réflexion sensible sur les racines. Sami Bouajila est parfait. Critique : | Genre : comédie sociale. C'est l'histoire du premier concurrent algérien disputant une épreuve de ski de fond aux JO d'hiver. Soit la difficile transformation — entraînement, doutes et douleurs — d'un type né en France, et ne parlant pas l'arabe paternel, en fier représentant d'une « petite nation », dans le domaine des sports de glisse en tout cas. Mais cette expérience qu'a réellement vécue son propre frère, Farid Bentoumi l'enrichit de plusieurs couches. Un fond de comédie sociale à la Ken Loach : c'est pour sauver leur petite usine de skis que Sam et son associé, ancien médaillé français, visent la caisse de résonance d'une compétition ultra-médiatisée. Et une réflexion plus intime : parti à la recherche de son identité algérienne, le personnage mesure ce qui le sépare de ceux qui sont restés au bled. C'est presque un peu trop pour un seul film : le scénario tangue un peu, avec ses ellipses et coq-à-l'âne parfois trop voyants. Mais Sami Bouajila a l'entêtement nécessaire à la folle entreprise dans laquelle se lance son personnage. A ses côtés, Franck Gastambide est un parfait comparse. Mais la révélation du film est un octogénaire flamboyant, Bouchakor Chakor Djaltia, qui joue le père du héros, toujours entre Europe et Afrique, ce qui lui donne forcément un coeur gros comme ça... Une fable pour dire avec simplicité que les binationaux peuvent aussi être des héros.— Aurélien Ferenczi
 
Chargement...
Chargement...