Frankenstein Junior

Arte
16/11/18 ~ 00:45 - 02:25

Mel Brooks déglingue le mythe créé par Mary Shelley... Parodie loufoque, hilarante. Un bel hommage, perdu dans un fabuleux noir et blanc d'autrefois. Critique : Comme celle de Mary Shelley, cette créature est composite. Le décorum est au rendez-vous, du savant ébouriffé aux dégâts de son « invention », via les couloirs tortueux du sombre château. Et tout se détraque : Mel Brooks déglingue le mythe… Gene Wilder et Marty Feldman surjouent, roulent des yeux, échangent de sombres grimaces. La parodie, hilarante, taquine les précédentes versions. Le réalisateur maîtrise à fond l’imagerie fantastique des années 1930. Pas un détail n’échappe à son sens de la dérision. Le monstre, en costume couturé de chez Boris Karloff, se livre à un numéro de claquettes. Elizabeth se retrouve soudain avec les cheveux crêpés de La Fiancée de Frankenstein, créée par James Whale. Mais, malgré ses facéties, Mel Brooks laisse filtrer la nostalgie. Perdu dans un fabuleux noir et blanc d’autrefois, Frankenstein Junior rend finalement à son grand-père de cinéma un hommage d’une poésie débridée.
 
Chargement...
Chargement...