Football, arme du KGB

France 5
09/06/18 ~ 01:45 - 02:35

Comment Staline et ses sbires ont-ils utilisé le football pour façonner leur image et contrôler le peuple ? Sous l'ère soviétique, la police secrète avait des yeux et des oreilles partout. Seul ce sport collectif semblait échapper au contrôle. Mais certains joueurs, devenus des héros, embarrassaient le pouvoir soviétique. Certains ont été utilisés comme des instruments de propagande, d'autres, parce qu'ils gagnaient contre les équipes soutenues par le KGB, ont été envoyés au goulag. Le football en URSS a pris part au combat politique et idéologique, devenant une arme pour le KGB. Critique : URSS, 1939, Lavrenti Beria commence à perdre patience. Le chef du NKVD en a marre de voir son club, le Dinamo Tbilissi, régulièrement battu par le Spartak Moscou, cette équipe rebelle qui se réfère à Spartacus, le (mauvais) révolutionnaire. Alors, quand le Dinamo mord encore la poussière en demi-finale de la coupe, puis regarde le Spartak remporter la finale, Beria décide de faire rejouer cette demie. Les dictatures, c’est comme les jeux vidéo : quand on perd, on éteint la console et on recommence. Pratique. Sauf quand on n’est vraiment pas bon : le Dinamo chute à nouveau… Alors Beria envoie les meilleurs joueurs du Spartak au goulag. Encore plus pratique. C’est avec ce genre d’anecdote que le documentaire retrace l’histoire du foot en Russie, des origines aux années 1960. Hélas, il ne creuse pas suffisamment l’instrumentalisation du sport par Staline, et, surtout, le récit manque d’images. Mais on y apprend tout de même des choses concernant, par exemple, les légendes du foot ukrainien sous l’occupation nazie, ou encore le mythe du gardien de but soviétique.