Etudiants, tous à l'usine !

France 3
Itinéraires de maoïstes ouvriers
25/05/18 ~ 00:00 - 00:55

En marge de Mai 68, une expérience peu connue s'est développée, celle des «établis» : rencontre avec d'anciens ouvriers volontaires, souvent des étudiants, dont certains venus de milieux très privilégiés, qui ont choisi de s'établir incognito en usine. Critique : Au début, ils étaient tout feu tout flamme. Etudiants saisis par la fièvre révolutionnaire, Juliette, Jean-Pierre, Nicolas ou encore Fabienne ont décidé, une fois l’« échec » de Mai 68 constaté, de « s’établir ». En entrant à l’usine, en se fondant parmi les ouvriers, ces maoïstes imprégnés d’idéaux pourront mieux semer les graines de la nécessaire insurrection qu’ils appellent de leurs vœux, pensent-ils… Robert Linhart avec L’Etabli, ou encore Leslie Kaplan avec L’Excès-l’usine ont déjà raconté cette expérience, romantique et radicale à la fois, de l’« établissement ». Face à la caméra de Lise Baron, des anciens de Sochaux, Saint-Nazaire ou Saint-Etienne en rendent compte à leur tour avec une honnêteté et une précision remarquables, n’éludant ni les joies qu’ils ont connues, ni la somme des coups durs qui a eu raison de leur radicalité. Plus ils racontent leurs désillusions, plus le film, qu’une forme très classique leste un peu au départ, gagne en puissance — jusqu’à devenir tantôt effarant, tantôt poignant. A l’heure du bilan, ces septuagénaires rejettent totalement l’idéologie totalitaire à laquelle ils ont cru ; une étincelle, pourtant, continue de briller dans leurs yeux. Comme le résume l’un d’eux : « Je trouve que les gens qui, à cette époque-là, ont été raisonnables ont perdu quelque chose. »
 
Chargement...
Chargement...