Doris

Arte
31/12/20 ~ 01:05 - 02:30

Récemment divorcée, Doris, la quarantaine, vit à Amsterdam avec ses deux grands ados : Willem, son fils aîné, et Tine, sa cadette. Sans emploi, et alors qu'elle a du mal à boucler les fins de mois, elle réalise qu'au mitan de sa vie elle n'a accompli aucun des projets qui lui tenaient à coeur, et que si elle ne se reprend pas en main elle finira seule. Tandis que son ex-mari part travailler à l'étranger avec sa nouvelle compagne, Doris se prend à rêver de Tim, son meilleur ami depuis toujours. Quand ce dernier lui propose un week-end de camping Doris essaie, en vain, de lui confier ses sentiments naissants. Mais Tim saisit l'occasion pour lui annoncer qu'il se sent enfin prêt à tourner la page du célibat. L'heureuse élue s'appelle Lynn, et, comme lui, travaille à la télévision… - Critique : Blonde, des bonnes joues, des yeux bleus larmoyants et un air de chien battu assez constant. À 46 ans, Doris est célibataire et au chômage avec deux ados sympas à charge, vit dans un petit appartement d’Amsterdam et cherche l’amour en même temps qu’elle essaie de remplir son frigo. Pour se remettre à flot, elle peut compter sur sa sœur, sa mère, ou son meilleur ami, Tim, présentateur TV vedette aux tempes grisonnantes qui l’accompagne partout… et pour qui elle craque en secret. Cousine éloignée (et néerlandaise) de Bridget Jones, en moins gaffeuse, et en moins drôle aussi, l’héroïne de ce téléfilm partage avec son modèle anglophone le même sens du mélo très xixe siècle. Si ce n’est qu’ici pas de Mark Darcy (ni de Colin Firth), mais des vallées vertes et meringuées dans lesquelles Doris plonge en rêve, costumée comme miss Bennet — et s’y fait accoster par l’incontournable amant à cheval. Mais quand elle se réveille la joue froissée sur le livre de Jane Austen, on fait la moue : son quotidien a beau être rose bonbon (une déco années 1970 dans une capitale proprette), rien n’y pétille vraiment. Loin de la comédie romantique pop, Doris est une bluette sage, aux personnages attachants certes, mais qui manque un peu de mordant.