Don Carlos

Arte
31/03/19 ~ 23:40 - 03:35

Don Carlos, l'infant d'Espagne, doit épouser Elisabeth de Valois. Il se rend secrètement à Paris. Un hasard, au cours d'une chasse dans la forêt de Fontainebleau, met les deux jeunes gens en présence l'un de l'autre. Ils s'aiment immédiatement. Bientôt, pourtant, une terrible nouvelle rompt le charme. Ce n'est plus Don Carlos mais son père, l'inquiétant Philippe II, que la princesse doit épouser. Après bien des larmes, Elisabeth se résigne à se conformer à la raison d'Etat. Don Carlos va enfouir sa peine dans le couvent de San Yuste, où mourut son grand-père, Charles Quint. Il y retrouve son vieil ami, le marquis de Posa, un farouche partisan des insurgés flamands... Critique : Donné à l’Opéra Bastille dans sa rare version originale française, sans le ballet (dispensable) et surtout sans les coupes pratiquées par Giuseppe Verdi avant et après la création, ce Don Carlos affichait en octobre 2017 une distribution exceptionnelle, et la première s’est terminée par un triomphe musical. Héros d’un plateau sans reproche, et vainqueur à l’applaudimètre, le bouleversant marquis de Posa de Ludovic Tézier, suivi de près par Sonya Yoncheva et Elina Garanca, puis Jonas Kaufmann et le chef Philippe Jordan, qui mène sans faiblir, en soignant les équilibres entre fosse et plateau, en valorisant les contrastes et les soli instrumentaux, un orchestre aux accents passionnés. La mise en scène de Krzysztof Warlikowski n’aura pas connu le même succès, malgré une solide direction d’acteurs et quelques belles idées. Elle repose en effet sur un procédé usé jusqu’à la corde, en nous faisant revivre l’intrigue à travers les souvenirs de Don Carlos. Rien de scandaleux là-dedans, rien de bien stimulant non plus.