Danielle Darrieux, il est poli d'être gai

Arte
23/03/19 ~ 06:15 - 07:10

Danielle Darrieux a tourné son premier film en 1931 à 14 ans et a provoqué une révolution : «Drôle de gosse» sexy et pétulante, elle ne cessera de braver les interdits, de s'opposer à la société patriarcale, d'afficher un amoralisme tranquille que son charme rend étonnamment acceptable. Appelée à Hollywood, elle revient en France à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, et connaît une brillante carrière après-guerre, avec, par exemple son rôle dans «Madame de...» réalisé par Max Ophuls. Disparue à 100 ans en octobre 2017, elle a imposé son jeu nuancé et sa voix mélodieuse au cours d'une carrière de 80 ans. Critique : Initiales : DD. Avant BB, elle est celle qui a fait rêver la France. Dans les années 1930, toute la gent féminine voulait lui ressembler, avoir ses cheveux frisottés, son sourire éclatant. Danielle Darrieux, disparue à 100 ans en 2017, reste un modèle de comédienne et de femme, libre avant l’heure, subversive sans en avoir l’air, intelligente et faussement légère, « rétive à toute confidence ». Pierre-Henri Gibert, avec la collaboration de Clara Laurent (auteure d’un livre-référence sur la dame), retrace le parcours de cette actrice bourgeoise qui a su être populaire, à la carrière exemplaire, riche de nombreux chefs-d’œuvre (Madame de…, d’Ophuls, L’Affaire Cicéron, de Mankiewicz, Les Demoiselles de Rochefort, de Demy), pauvre en navets. Et pour cause : à partir de Mayerling, de Litvak (1936), et surtout de Battement de cœur, de Decoin (1940), comédie très enlevée, elle s’est entourée de bons cinéastes. Henri Decoin, son premier mari, fut un pygmalion idéal auprès de qui elle apprit énormément. Clair, complet et soutenu par un commentaire bien écrit en voix off, le documentaire est émaillé de nombreux extraits et d’éclairages aussi aiguisés que sensibles (de Jacques Fieschi, Philippe Le Guay, Ludivine Sagnier, Paul Vecchiali et… Pierre Murat !) qui disent « la vitalité » mais aussi le caractère profondément « amoral » de nombre de ses rôles. A 84 ans, elle consacre ce trait à travers 8 Femmes, d’Ozon. Belle apothéose.
 
Chargement...
Chargement...