Commerce mortel

Arte
13/10/20 ~ 12:35 - 14:35

En 1988, Armin, lieutenant de la Stasi, est le père d'une fille atteinte d'une sclérose en plaques. La famille met ses espoirs dans un traitement proposé par l'hôpital du district. Mais très vite, Armin perçoit des zones d'ombre. Sa position dans la Stasi lui permet d'enquêter. Il découvre une effroyable réalité... - Critique : Tout film à base de rédemption d’un agent de la Stasi (la police politique de l’Allemagne de l’Est) souffre nécessairement de la comparaison avec La Vie des autres (2006), de Florian Henckel von Donnersmarck. Lorsqu’il apprend que sa fille est atteinte d’une sclérose en plaques, un lieutenant zélé (Florian Stetter, qui n’est pas Ulrich Mühe) devient une espèce de franc-tireur idéaliste. Au cours de son enquête privée, il découvre la corruption des élites communistes, mais aussi celle des laboratoires pharmaceutiques en RFA, qui achètent des cobayes en RDA pour ­tester les médicaments plus vite et ainsi maximiser les profits. Cette histoire sordide, tirée de faits authentiques, Urs Egger — prolifique réali­sateur suisse de télévision, disparu en ­janvier 2020 — la traite avec une distance salutaire, à la manière des polars nordiques. Comme le bon Gundermann (2018), d’Andreas Dresen, Commerce ­mortel dresse un portrait peu reluisant de l’Allemagne au seuil de la réunification : enfer totalitaire d’un côté, enfer capitaliste de l’autre.