Coldplay : A Head Full of Dreams

Arte
21/08/20 ~ 21:25 - 23:05

Le groupe Coldplay a été filmé sur deux soirées à Sao Paulo, au Brésil durant la prestation en live de leur tournée, «A Head Full Of Dreams». Présentant de nombreux éléments visuels, dont un show laser unique en son genre, des canons à confettis et des effets pyrotechniques époustouflants, le groupe s'est produit devant plus de 5 300 000 spectateurs dans des stades et des arènes à travers les cinq continents. Lors de ce concert, le groupe joue sur scène ses derniers singles, parmi lesquels «A Head Full of Dreams», «Adventure of a Lifetime», ou encore «Hymn for the Weekend», ainsi que d'anciens tubes, tels que «Ghost Stories», «Mylo Xyloto», mais aussi «A Rush of Blood to the Head», «Paradise» et «Viva la vida». - Critique : La première minute montre le réalisateur, Matt Whitecross, complice de Coldplay depuis les débuts, téléphoner à Chris ­Martin pour lui demander s’il a visionné le film consacré au groupe. Le chanteur répond que non, qu’il lui fait entièrement confiance et demande seulement que le film ne débute pas par un plan (cliché du documentaire musical) des musiciens montant sur scène. Après quoi, le film débute par… un plan des musiciens montant sur scène. La blague présage une narration malicieuse. Mais A Head Full of Dreams, du nom de l’album de 2015 et des deux années de tournée mondiale subséquentes, déroule ensuite une chronologie guidée par les injonctions des grosses productions. Elle remonte à la rencontre, en 1998 à Londres, des copains Chris Martin, Jonny Buckland, Guy Berryman et Will Champion (auxquels s’ajoute Phil Harvey, leur producteur de toujours), à l’époque où ils jouaient devant les étudiants d’un pub de Camden. Puis l’album Parachutes (2000) propulsa leur notoriété mondiale, et la critique rock se détourna à mesure que les tubes de Coldplay devenaient des hymnes entonnés dans des stades arrosés de pyrotechnie, d’écrans 3D et de cotillons. Charmeur, potache et doué pour les chansons accrocheuses, Chris Martin, cible des tabloïds pendant sa relation avec Gwyneth Paltrow, capte la caméra. Mais le storytelling insiste sur la bande de potes, qui servent les termes « rêve », « amour » et « fraternité » à toutes les sauces. Le plat est servi tiède.