Cannabis : quand le deal est légal

Arte
02/04/19 ~ 20:50 - 22:25

Après plus de cinquante ans de politique répressive sans guère d'effets sur la production et la consommation, nombre de pays sont de plus en plus nombreux à dépénaliser la marijuana. Si une quarantaine d'Etats autorisent l'usage du cannabidiol (CBD), la molécule thérapeutique de la plante, d'autres vont plus loin en légalisant la consommation récréative du cannabis. Ils espèrent ainsi intervenir sur le marché de la drogue et priver les cartels de leur principale source de revenus. L'Uruguay a été le premier pays, en 2013, à autoriser la production et la consommation du cannabis. Huit Etats américains, puis le Canada, ont suivi cet exemple. Depuis, le cannabis y est devenu un business comme les autres. Mais la filière illicite n'a pas disparu pour autant. Critique : Depuis que le Colorado a légalisé la consommation récréative du cannabis, en 2014, les ventes ont rapporté 6 milliards de dollars, l’Etat a mis en place une taxe dont les bénéfices sont reversés à l’éducation, quarante mille emplois ont été créés et les jeunes ne fument pas davantage. Très bien, alors pourquoi tout le monde ne suit pas l’exemple du Colorado ? Ce documentaire est trop intelligent pour ne pas répondre à la question. Depuis qu’une dizaine d’Etats américains ont abandonné la prohibition, le crime organisé a su diversifier ses activités. Les gangs mexicains, par exemple, se tournent vers le pavot… que l’on retrouve à Detroit, Michigan, où la consommation d’héroïne dépasse celle du cannabis. Le problème est global, mondialisé, et ce film en dresse un fidèle tableau tout en contrastes. Essentiellement américaine, l’enquête s’offre un détour aux Pays-Bas, où, paradoxe suprême, on peut consommer une marchandise que personne n’a le droit de produire. Une façon de mettre le doigt sur les multiples façons d’assouplir la loi. Et sur les dérives possibles : au Canada, la libéralisation aveugle du marché du cannabis renforce les industries de l’alcool et du tabac, offrant aux multinationales un nouveau terrain de jeu… Encadrer, c’est bien aussi.