Brecht

Arte
Une chose simple, difficile à faire
22/03/19 ~ 22:30 - 00:00

Lorsque les nazis arrivent au pouvoir, il continue de s'opposer au régime qu'ils instaurent. Déchu de la nationalité allemande en 1935, Brecht part en exil et s'installe Californie. Là, il écrit la plupart de ses oeuvres majeures, et notamment «La Résistible Ascension d'Arturo Ui» qui s'en prend ouvertement à Hitler. Il revient dans son pays, à la fin de la Seconde Guerre mondiale et s'installe définitivement à Berlin-Est en 1949. Avec sa compagne Helene Weigel, il fonde le Berliner Ensemble dans le but avoué de révolutionner le théâtre. Année après année, les relations entre lui et les autorités de RDA se crispent. Néanmoins, il accepte le prix Staline pour la paix en décembre 1954. Critique : Déception que ce diptyque ambitieux consacré à Bertolt Brecht, qui court de la Première Guerre mondiale à sa mort, en 1956, en passant par l’exil en Europe et aux Etats-Unis, de 1933 à 1948. Heinrich Breloer mêle archives et témoignages de proches du dramaturge, qu’il rencontre régulièrement depuis 1977. L’ennui, c’est qu’il noie cette précieuse matière sous une masse de reconstitutions fictionnalisées, une mise en scène académique, une interprétation atone, une photographie terne (jaunâtre et marronnasse)… Zappant laborieusement d’un type d’images à l’autre, le documentaire-fiction peine à restituer le contexte historique (la montée du nazisme dans la première partie, l’autoritarisme de la RDA dans la seconde) et à faire exister les personnages, que ce soit les collaborateurs ou les conquêtes féminines de l’auteur. Emergent, tout de même, les grands principes de son théâtre antimilitariste puis marxiste : refus du sentimentalisme, distanciation (Verfremdungseffekt en VO), confiance en l’intelligence du spectateur. Et de saisissants extraits des pièces Tambours dans la nuit, Les Fusils de la mère Carrar ou La Vie de Galilée. Mieux vaut voir le documentaire Brecht et le Berliner Ensemble, diffusé à la suite vers minuit, et également réalisé par Breloer en 2018, nettement plus concis.   Suivi du documentaire Brecht et le Berliner Ensemble.