BNP Paribas

France 3
Dans les eaux troubles de la plus grande banque européenne
19/10/18 ~ 03:05 - 04:30

BNP Paribas accompagne la vie des Français depuis les années 60 et compte 29 000 salariés sur le territoire, 1900 agences bancaires et 7 millions de clients. Son histoire est intimement liée à l’histoire politique de ces trente dernières années. BNP Paribas est aujourd'hui un mastodonte financier, à la manière d'un Goldman Sachs, plus puissant que les Etats. Elle incarne, à elle seule, le pouvoir sur l'économie mondiale des hyper-structures bancaires. Comment la banque BNP Paribas a-t-elle pris un tel pouvoir ? Et comment est-elle devenue intouchable ? S'appuyant sur de nombreux témoignages d'anciens de la banque et d'acteurs économiques et politiques de premier plan, Xavier Harel et Thomas Lafarge retracent l'histoire de la banque la plus puissante d'Europe. Critique : Le crédit de la BNP pourrait bien en prendre un coup. L’enquête de près de deux ans de Thomas Lafarge — journaliste auquel on doit le doc consacré au Crédit mutuel censuré en 2015 par Vincent Bolloré sur Canal+ — et Xavier Harel — ancien de La Tribune, spécialiste de la finance internationale — n’épargne en effet guère la première banque française. « L’histoire d’une lente dérive », prévient d’emblée Jean-Pierre Darroussin, qui a prêté sa voix au film. Les faits sont déroulés avec minutie et appuyés par moult témoignages accablants, dont ceux, rares, de salariés ou de cadres de direction de la banque, « décidés à briser le silence ». Pas simple dans une entreprise pyramidale dirigée pendant près de vingt ans (de 1993 à 2011) par le tout-puissant Michel Pébereau, surnommé le « parrain du capitalisme français ». Le boss, « le vrai conseiller du président Sarkozy » en 2007, lors du sauvetage de l’établissement, ou qui s’invitait à la table des négociations lors de la crise grecque pour obtenir, par un tour de passe-passe incroyable, le paiement des emprunts contractés. C’est également sous son règne que la filiale suisse va devenir un « fief à l’intérieur du groupe », sur fond d’évasion fiscale. C’est enfin toujours lui qui refuse de plaider coupable lorsque la BNP est accusée par la justice américaine de contournement de l’embargo international au Soudan, à Cuba et en Iran. La banque sera finalement condamnée à une amende record de 8,9 milliards de dollars en 2015. Au fil d’un récit rythmé et argumenté, les charges s’accumulent. Sidérant.