Barbara en liberté

France 3
15/01/19 ~ 00:40 - 01:35

Décédée en 1997, la chanteuse Barbara a laissé une oeuvre à laquelle le public continue d'être attaché. Ce documentaire s'éloigne de l'image filtrée par le temps, un peu dénaturée, parfois sacralisée. A l'occasion des 20 ans de sa disparition, Sandrine Dumarais propose de redécouvrir les différentes facettes de la Dame en noir : à la fois mélancolique et drôle, fantaisiste et exigeante, romantique et libérée, accessible et lointaine. Critique : D’aucuns garderont d’elle l’image d’une femme plus austère que celle qu’elle était en réalité. La faute, sans doute, à la pudeur de la dame en noir, elle qui détestait les interviews. Joli tour de passe-passe que ce Barbara en liberté, qui la présente au naturel, et démystifie le personnage sans pour autant nuire à son aura de mystère. Pour son documentaire, Sandrine Dumarais n’aurait pu choisir meilleur titre. Sa force : les images capturées durant l’hiver 1972 par l’ami Gérard Vergez en tournée et qui font ici quasi figure d’inédit ; diffusées une seule fois en 1973, elles étaient depuis tombées aux oubliettes. Plongés dans l’envers de son décor, nous voilà sur la route avec elle — en voiture, elle tricote, chante à tue-tête au son de la radio, fait un peu de gymnastique. En coulisses d’un récital, on la découvre transformant le palier d’un vieil escalier en loge, puis, en répétition, dansant sur le plateau pour s’approprier l’espace et conjurer le stress, ou livrant, l’air de rien, alors qu’elle teste le piano, des bribes d’informations sur sa fuite pendant la guerre… L’on passe avec subtilité des images d’archives aux chansons qui la racontent. Celles-ci, étoffées du regard des journalistes Sophie Delassein et Didier Varrod — qui lui ont chacun consacré un ouvrage —, du comédien Vincent Dedienne et de quelques proches, la dévoilent drôle, amoureuse, et si libre, en effet.