Autopsie d'un meurtre

Arte
04/11/20 ~ 13:35 - 16:25

Ni chronique judiciaire ni polar. Otto Preminger a brouillé les pistes : de la lente progression de l'intrigue policière surgit un profond questionnement sur le mystère et l'ambiguïté des êtres. - Critique : Un tenancier de bar est assassiné. Le coupable, un certain lieutenant Manion, dit avoir agi impulsivement, sous l’effet de la colère. A-t-il, comme il le prétend, voulu venger sa femme, Laura, harcelée et violentée ? Ou éliminer de sang-froid un rival amoureux ? L’avocat Paul Biegler, chargé de la défense, mène l’enquête… Ni véritable polar ni chronique judiciaire cantonnée aux limites étroites du prétoire, ce film exceptionnel nous propose un brillant jeu de pistes psychologique. Peu à peu, l’énigme policière est éclipsée par un questionnement infiniment plus profond : à travers une riche galerie de personnages (dont James Stewart, humain et subtil, et Lee ­Remick, fascinante), Otto Preminger livre une formidable étude de mœurs, une fable faussement glacée sur le mystère et l’ambiguïté des êtres. Convoqué comme juré, le spectateur est libre de suivre son intime conviction, c’est-à-dire d’apprendre à douter. Détail amusant : ­Joseph N. Welch, qui interprète le juge, est un vrai avocat, considéré comme « le tombeur » du redoutable sénateur Joseph McCarthy. Preminger se félicita de sa malicieuse prestation : « Il apportait à son rôle une authenticité difficile à exprimer pour un professionnel. »