Atlantique latitude 41°

Arte
11/02/21 ~ 13:35 - 15:35

Le 10 avril 1912, le transatlantique Titanic, luxueux paquebot britannique de 300 mètres de long, réputé insubmersible, quitte Southampton pour sa première traversée de l'Atlantique. A son bord, 2200 passagers, pour la plupart des personnalités. Le 14, dans la nuit, le radio reçoit un message annonçant que des icebergs d'une exceptionnelle grandeur sont signalés dans la région que le navire doit traverser. Mais le capitaine, poussé par le représentant de la compagnie qui est à bord, refuse de faire dévier le paquebot de son parcours. Le navire heurte un iceberg et la coque se déchire sur 90 mètres. Le capitaine Smith ordonne l'évacuation. L'eau monte. La panique gagne... - Critique : | Genre : titanic avant cameron. A côté du Titanic de James Cameron (1) , toutes les reconstitutions du paquebot géant sombrant au milieu des icebergs ressemblent à une maquette en plastique dans un verre d'eau. Cette vision anglaise et vintage du célèbre naufrage, qui coûta la vie à 1 503 personnes il y a tout juste cent ans, ne manque toutefois pas d'atouts. Comme tout film catastrophe qui se respecte, Atlantique latitude 410 débute par la présentation de personnages-symboles : le commandant en second, future incarnation de l'héroïsme et du dévouement ; une famille d'émigrants irlandais, qui va découvrir à ses dépens l'application de la lutte des classes en haute mer — les femmes et les enfants d'abord, certes, mais surtout ceux des riches ! Les scènes de panique des ultimes minutes se révèlent très efficaces grâce à la précision quasi documentaire de la réalisation. Roy Baker s'attarde sur les chariots de victuailles qui penchent de plus en plus, les manoeuvres délicates sur les canots de sauvetage pris d'assaut par les passagers en furie, la lâcheté d'un homme qui se déguise en femme pour embarquer avant les autres. On a beau connaître toute cette histoire par coeur, on frémit toujours...   (1) De retour dans les salles de cinéma dans une version en 3D.