Alerte contagion

TF1
Patient zéro
21/07/18 ~ 21:00 - 21:50

Saison : 1 - Episode : 1 - Un jeune homme syrien arrive à l'Hôpital Central d'Atlanta avec les symptômes d'une forte grippe. Il est examiné par le docteur Sanders, puis rentre chez lui. Celle-ci développe les mêmes symptômes très peu de temps après. Elle est tout de suite mise en isolement dans l'Unité des Maladies Infectieuses et prise en charge par le docteur Cannerts. Son cas est signalé aux autorités sanitaires et pris très au sérieux par le gouvernement, qui soupçonne une attaque bioterroriste. Toute la ville est alors mise en quarantaine par le gouvernement. L'officier de police Lex Carnahan tente d'empêcher la cité de sombrer dans le chaos... Critique : Toux violentes, éternuements en rafale et giclées sanguinolentes… Aux irréductibles qui en doutaient encore, le temps des sagas de l’été sous le soleil du Midi est définitivement révolu. Avec Alerte contagion, adaptation américaine d’une série belge, sortie in extremis d’un tiroir frigorifique avant sa date de péremption, TF1 nous gâte : un virus inconnu décime la population d’Atlanta. Le patient zéro serait un immigré clandestin syrien — une judicieuse idée soufflée par Donald Trump ? Pour endiguer la pandémie, les autorités décident la mise en quarantaine d’une partie de la ville. Le gentil commandant Lex, porte-parole de la police, martèle que « tout est sous contrôle », alors que rien ne va plus. Amoncellement de cadavres, mouvements de panique, flambée criminelle… Derrière le cordon sanitaire, c’est le retour à l’état sauvage. Mais comme il faut aussi tuer le temps, les scénaristes se cramponnent aux grosses ficelles pour forcer l’émotion et la tension. Dans Alerte contagion, personne ne s’étonne qu’une chorale d’enfants vienne chanter dans un hôpital spécialisé dans les maladies infectieuses. On l’aura compris, l’hyperréalisme glaçant de Contagion, de Soderbergh, est à des années-lumière. Et la réflexion sur la vulnérabilité de l’espèce humaine ne donne pas mal à la tête. Sans épaisseur, voire franchement caricaturaux, les personnages se débattent entre dilemmes intimes et dialogues affligeants, nous laissant à nos cruelles pensées : leur disparition prématurée ne sera pas tout à fait un déchirement.
 
Chargement...
Chargement...