A couteaux tirés

Canal+
30/12/20 ~ 16:36 - 18:45

Harlan Thrombey est auteur de romans policiers à succès. Il est aussi le patriarche d'une famille dysfonctionnelle. A l'occasion de ses 85 ans, il a invité tous ses proches dans son grand manoir, espérant qu'ils pourront renouer des liens. Mais le lendemain, il est retrouvé mort, la gorge tranchée. Le couteau étant toujours dans sa main, il s'est probablement suicidé. La police est toutefois convoquée sur place, et deux inspecteurs interrogent les dernières personnes à avoir vu la victime vivante. Bientôt, le détective benoit Blanc se présente au manoir. Il a été engagé par un mystérieux commanditaire. Pour lui, tous les proches d'Harlan sont des suspects potentiels... - Critique : Entre deux productions intersidérales (comme Star Wars : Les Derniers Jedi, en 2017), le réalisateur Rian Johnson s’offrait une brillante récréation en forme d’enquête criminelle. Même plaisir buissonnier pour l’acteur Daniel Craig, James Bond en permission, qui interprète un détective infaillible, tout de tweed vêtu. Dans ce délicieux exercice de style, il prend un plaisir manifeste à jouer un cousin laconique et excen­trique d’Hercule Poirot, d’autant que l’intrigue respecte fidèlement le cahier des charges d’un bon Agatha Christie. Tout commence par le suicide très douteux (peut-on vraiment s’auto-égor­ger ?) d’un célèbre auteur de romans policiers dans son manoir, entouré de ses proches. Que personne ne sorte ! Tout le monde, ou presque, a un mobile. C’est un festival de numéros d’acteurs, de dialogues drôles et ciselés, avec la bonne dose de clins d’œil (télé allumée sur la série Arabes­que). Construit autour des flash-back qui racontent, sous différents angles, la dernière soirée de la victime (le vénérable et croustillant Christopher Plummer), le film se déplie peu à peu comme un grand plateau de jeu. Rian Johnson, à qui on doit aussi l’excellent Looper, déplace savamment ses pions et construit une énigme maligne et retorse à souhait. À voir dans la bibliothèque, avec la clé anglaise…