3 jours à Quiberon

Arte
24/04/20 ~ 00:30 - 02:20

En 1981, Romy Schneider a passé quelques jours dans un hôtel de cure en Bretagne. C'est là que la superstar allemande à la vie chaotique accorde sa denière interview à Michael Ju¨rgs, un rédacteur du magazine Stern. Son amie Hilde, très protectrice, voit cet entretien comme un danger. Mais Romy aime beaucoup le photographe qui doit venir, Robert Lebeck et c'est pour cela qu'elle a accepté l'entretien. De plus, elle veut se débarrasser de l'image que l'Allemagne à d'elle, car malgré sa très riche filmographie, elle est toujours la petite Sissi. Dès le début de l'interview, Ju¨rgs pose des questions très personnelles auxquelles Romy répond franchement, sans se démonter... - Critique : 1981. Dépression, excès de calmants, problèmes d’alcool, ça ne va pas fort pour Romy Schneider. Elle part à Quiberon suivre une cure pour se refaire une santé. Une amie de longue date la rejoint. Pendant son séjour, l’actrice accepte d’accorder une longue interview à un journaliste du magazine allemand Stern, accompagné d’un photographe, Robert Lebeck, que Romy apprécie beaucoup. La rencontre est tendue. Le journaliste se montre agressif, avide de sensationnalisme. Emily Atef, réalisatrice française qui a vécu en Allemagne, reconstitue cet entretien. L’interviewée est pleine de contradictions, tour à tour abattue et exaltée, fragile et impérieuse, excessive. Ce qu’elle révèle sur les affres de son métier n’est pas particulièrement original. La réalisatrice bute sur ce handicap, mais le contourne aussi, en se focalisant sur la mise en scène de soi pratiquée par Romy. En noir et blanc mat, dans l’esprit des photos de Robert Lebeck, un curieux théâtre en huis clos ou au bord de la mer se joue, douloureux, rieur parfois. Le film est surtout troublant dans la mesure où il donne l’impression de voir Romy ressuscitée. Marie Bäumer lui ressemble énormément mais ne se contente pas de l’imiter. Elle la fait revivre de manière frémissante, en emmenant ces trois jours vers la lumière, malgré les moments de cafard carabiné… C’était un an avant la mort de Romy Schneider.