28 jours plus tard

Arte
17/06/20 ~ 23:35 - 01:25

Jim sort d'un coma de vingt-huit jours… pendant lesquels l'humanité a disparu. Sauf quelques survivants surarmés, et des créatures zombifiées assoiffées de chair humaine. Flippant, mais à réserver aux amateurs de trash. Les vues de Londres désert sont époustouflantes. - Critique : D'inconséquents écolos anglais ont libéré des singes sur lesquels un labo testait un virus mutant. Vingt-huit jours et des milliers de morts plus tard, il ne reste que quelques humains encore sains, menacés par les monstrueux contaminés, qui mordent et vomissent du sang. Beurk ! A part quelques images inédites de Londres vide, Danny Boyle (Trainspotting) n'a à proposer qu'une vision gore de l'apocalypse. Son chaos est une dé- rive complaisante, qui s'éternise dans un camp militaire où deux femmes rescapées doivent devenir des reproductrices au nom de la survie de l'espèce. Un massacre les sauvera. Carrément crade. F. Str.