Jonction 48, diffusion du 12/10/20

Arte
12/10/20 ~ 01:30 - 03:00

Udi Aloni imagine le quotidien d’un groupe de rap arabe israélien (excellente bande-son), communauté minoritaire de l’Etat hébreu. En évitant tout manichéisme. - Critique : | Genre : Musique militante. A Lod, près de Tel-Aviv, un jeune chanteur arabe israélien écoute du rap à fond, auquel se mêlent les bruits de la ville, rumeur du monde. Cette ouverture dissonante, remarquable, constitue presque un manifeste pour Udi Aloni, qui aime confronter musique et activisme politique. Chez lui, les chansons rythment la narration, à la manière d’un chœur antique. Fervent militant — il fustige régulièrement la politique du Premier ministre Benyamin Netanyahou —, le cinéaste imagine le quotidien d’un groupe de hip-hop, issu d’une communauté minoritaire, en évitant tout manichéisme. A la fois israéliens et palestiniens (comme 20 % de la population de l’Etat hébreu), ses personnages sont écrasés par une série de forces : rivalités avec leurs compatriotes juifs, certes, mais aussi traditions familiales aliénantes. Oppressions que symbolise, à la fin, l’impressionnant engin de démolition.