Chronique des pauvres amants, diffusion du 21/02/21

France 5
21/02/21 ~ 00:01 - 01:45

En 1925, à Florence, un jeune typographe, Mario, s'installe dans la même rue que sa fiancée, Bianca. Il se lie d'amitié avec deux militants communistes, Ugo et Maciste. Sans rien ignorer de leur combat politique contre le fascisme, il ne s'y intéresse guère. Un jour, les chemises noires infligent une sévère bastonnade à l'un de ses voisins, Alfredo. C'est l'occasion pour Mario de rencontrer la femme du malheureux, Milena. Les jeunes gens s'éprennent l'un de l'autre... - Critique : Prix international à Cannes en 1954, malgré l’intervention du gouvernement italien, qui ne veut pas voir un film antifasciste récompensé, cette chronique des habitants de la Via del Corno, rue populaire de Florence en 1925, renoue avec un néoréalisme moribond. Entre l’échoppe de Maciste, le maréchal-ferrant, et celle du cordonnier, détenteur des secrets de la rue, la chambre de Mario, l’ouvrier typographe, la boutique de l’épicier et de Milena, son épouse si jolie, et l’appartement de « Madame », usurière qui tyrannise sa bonne, toute une galerie de personnages (comptable fasciste, prostituée au verbe haut, marchand des quatre-saisons) vivent et s’aiment, se disputent et se séparent. Derrière, la peur et la mort rôdent. Dans une nuit d’apocalypse, les chemises noires imposent leur ordre nouveau. Ce film chaleureux et efficace allie intelligemment la poésie de la vie quotidienne et la terrible réalité politique et sociale. Samedi prochain, suite du cycle italien avec Sous le soleil de Rome, de Renato Castellani (1948), avec Oscar Blando et Liliana Mancini.