Bons baisers de Russie, diffusion du 21/11/18

France 4
21/11/18 ~ 21:00 - 22:55

Bond, épisode 2. La scène où 007 sort de sa douche, serviette autour des reins et torse particulièrement velu, a fait de Sean Connery le nouveau sex-symbol mondial. Un grand cru. Critique : | Genre : espionnage presque réaliste. Pour éliminer Bond, le Spectre fait appel à Rosa Klebb, ex-espionne au service de l'URSS. Elle attire 007 à Istanbul. Son appât ? La délicieuse Tatiana, agent soviétique qui veut passer à l'Ouest. La partie, musclée, se jouera dans l'Orient-Express... C'est la deuxième aventure de James Bond à l'écran, et sans aucun doute l'un des meilleurs films de la série. Il faut se replacer dans le contexte de l'époque. Quelques années plus tôt, la Couronne britannique vient de nommer ses traîtres : Burgess, Philby, Maclean, espions à la solde de l'URSS. Et, en été 1963 — l'année même du film —, éclate l'affaire Profumo : on surprend un ministre anglais partageant une maîtresse avec un attaché naval soviétique ! Il faut bien un 007 pour remettre de l'ordre dans la pagaille de la guerre froide... Voilà pourquoi le film gagne sur tous les tableaux : il est spectaculaire à souhait, avec de l'action, des gadgets et des minettes (la blonde Daniela Bianchi et la brune Martine Beswick), mais l'intrigue gagne aussi en complexité, montrant sans détour le jeu des manipulations et des trahisons. Sean Connery, plus mûr, a en face de lui des méchants costauds. On connaît l'adage : meilleur est le méchant, meilleur est le film. Ici, Robert Shaw, en tueur oxygéné, et Lotte Lenya mettent l'Orient-Express sens dessus dessous. Ah ! le charme des voyages en wagon-lit quand James est à bord... — Aurélien Ferenczi   Depuis hier et pendant les fêtes, France 3 diffuse tous les jours un James Bond vers 14 heures, sauf les mercredis et les week-ends.